L'Odyssée d'Ulysse

Lorsque les flammes eurent dévasté Troie et que la ville ne fut plus qu'un tas de cendres, Ulysse, roi d'Ithaque, s'embarqua avec sa flotte composée de douze navires. Il était impatient de retrouver sa terre natale d'Ithaque, mais le destin lui avait préparé le plus extraordinaire voyage qu'ait jamais fait aucun marin.

Dès qu'ils eurent quitté le port, un vent terrible les détourna de leur direction, malgré les efforts redoublés des robustes rameurs. Ils furent ainsi repoussés jusqu'à une côte inconnue, celle de la cité des Cicones, Ismare. Les Grecs débarquèrent et prirent la ville par surprise. Le butin en valait la peine!

Ulysse était d'avis de quitter immédiatement ce rivage étranger, mais ses compagnons ne voulurent pas lui obéir. Ils débouchèrent des outres de vin, allumèrent des feux et rôtirent de la viande. Pendant ce temps les Cicones avaient appelé leurs voisins à la rescousse. Aussi nombreux que des feuilles sur les branches d'un arbre, ils attaquèrent à l'aube les pillards alourdis par les festivités de la veille. Chaque navire perdit six hommes, et les rescapés ne trouvèrent leur salut que dans la fuite. Ils regagnèrent en hâte leurs bateaux et levèrent l'ancre précipitamment.

Ils ne naviguaient pas depuis longtemps que de nouveau le ciel se couvrit et une tempête se leva. De furieuses rafales arrachèrent la moitié des gréements. C'est à grand-peine que les rameurs réussirent à atteindre une île voisine. Deux jours et deux nuits ils restèrent sur la plage, se reposèrent, remirent les voiles en état et redressèrent les mâts. Puis ils repartirent, espérant arriver enfin à atteindre leur patrie, mais le vent déchaîné les rejeta une fois encore sur un rivage inconnu. Ils débarquèrent donc sur la terre ferme et renouvelèrent leur provision d'eau potable. Ulysse envoya trois marins en reconnaissance, pour apprendre qui étaient les habitants de cette contrée. Comme après un long moment ils ne revenaient toujours pas, le héros, inquiet sur le sort de ses hommes, partit à leur recherche. Il découvrit rapidement la raison de leur absence.

Ce pays était celui des Lotophages, dont l'hospitalité était fort réputée. Ils recevaient aimablement tous les étrangers et leur offraient de partager leur seule nourriture : le fruit sucré du lotus. Quiconque avait goûté une seule fois ce mets raffiné ne souhaitait plus jamais repartir mais désirait rester dans leur contrée jusqu'à sa mort. C'est ainsi que les trois émissaires grecs étaient devenus à leur tour victimes de cet étrange charme. Ulysse dut employer la force pour les ramener avec lui et, bien ligotés, les fit installer à fond de cale. Leurs liens ne furent détachés que lorsque l'île fut hors de vue.

Après quelques jours d'une navigation paisible, les navires atteignirent la côte d'une nouvelle contrée. Un troupeau de chèvres sauvages qui couraient sur les collines donna aux Grecs l'idée d'aller chasser. Peu de temps après ils revinrent à leur camp, les sacs gonflés de gibier. Des feux furent allumés et une agréable odeur de viande grillée se répandit dans l'air. Puis les Grecs arrosèrent leur souper avec du vin pris aux Cicones.

Mais la curiosité d'Ulysse était aiguisée par un lambeau de terre entourée d'eau qui se trouvait tout près de l'endroit où ils se reposaient. Malheureusement pour lui, il ne pouvait deviner que c'était le pays des redoutables Cyclopes, des géants qui ne labouraient ni ne semaient jamais aucune graine, et qui étaient pourtant très riches.

Aussi le lendemain, dès que la nuit eut disparu sous les doigts de rose de l'étoile du matin, Ulysse entreprit avec un seul équipage la traversée qui le tentait. Les autres bateaux restèrent cachés dans une crique à l'abri des regards. Plus son navire se rapprochait du sol inconnu, plus grande était sa stupéfaction. Bien que la terre ne soit pas cultivée, d'énormes épis de blé mûrissaient dans les plaines et de lourdes grappes juteuses ornaient la vigne sauvage qui serpentait sur les coteaux.

Ulysse ordonna à ses marins de jeter l'ancre dans une baie tranquille et lui-même, accompagné de douze braves, partit à la découverte de la nouvelle contrée.

Cherchant avec obstination des traces de vie humaine, ils se frayèrent un chemin parmi les ronces et les branches des arbres qui ployaient sous le poids des fruits. Ils s'arrêtèrent enfin au pied d'une montagne rocheuse, devant l'entrée obscure et béante d'une grotte à moitié envahie par les lauriers. Un mur de gigantesques pierres était sommairement érigé autour de la caverne, il aurait fallu la force d'un géant pour soulever l'une d'elles. Derrière cet enclos bêlaient d'innombrables chèvres, moutons et agneaux.

Les Grecs franchirent l'enceinte et entrèrent dans la grotte. Ils virent alors des fromages entiers exposés sur des feuilles et des récipients prêts pour la prochaine traite. Les fromages et les pots étaient d'une taille si prodigieuse que les héros essayèrent de persuader Ulysse de regagner le bateau. Mais celui-ci leur recommanda d'attendre au moins le retour du géant. Il était curieux d'éprouver son hospitalité et il retint ses compagnons dans la caverne jusqu'au soir.

Au crépuscule, des pas pesants se firent entendre. Ils étaient tellement lourds et sonores que du sable tomba du plafond de la grotte. Le géant Polyphème apparut, porteur d'un énorme tronc d'arbre. Il le laissa tomber sur le sol, poussa un énorme rocher pour fermer l'entrée de la caverne et fit un feu. Les flammes s'élevèrent bientôt, éclairant le visage du géant. C'est alors que les Grecs remarquèrent qu'il n'avait qu'un seul oeil au milieu du front, et cet oeil unique les examinait attentivement.

«Qui êtes-vous, étrangers?» demanda-t-il d'une voix rude, «et que cherchez vous ici?» «Nous sommes Grecs,» dit Ulysse en s'avançant bravement. «Nous revenons de la ville de Troie que nous avons conquise et nous te demandons l'hospitalité. Tu sais aussi bien que nous que les dieux commandent de traiter les invités avec respect. » Polyphème éclata de rire et toute la caverne trembla:

« Les dieux ? Ils commandent ? je n'ai que faire de tes dieux ! Nous, les Cyclopes, nous sommes plus forts qu'eux et je suis le plus grand des Cyclopes.

Nous faisons ce qui nous plaît, comprends-tu ? Et où avez-vous débarqué ? Parle ! » Ulysse qui était très rusé comprit qu'il était préférable que le désagréable géant n'apprenne pas où était leur bateau.

«Nous n'avons pas de navire,» répondit-il, «Poséidon, le roi des mers, a jeté notre vaisseau contre un rocher, et nous sommes les seuls rescapés; tous les autres sont morts.»

Le Cyclope ne dit rien, il tendit en silence la main et se saisit de deux Grecs qu'il dévora avec une satisfaction évidente. Puis il but du lait de chèvre et s'installa pour la nuit, au milieu de son troupeau.

Les héros furent glacés d'horreur. Le souvenir de cet effroyable repas les empêcha de dormir. Ils implorèrent avec désespoir l'aide de Zeus. Quant à Ulysse, il se demandait s'il ne devrait pas tuer avec son épée le géant endormi. Mais s'il le supprimait, qui déplacerait le rocher qui bouchait l'entrée de la caverne ? En réunissant toutes leurs forces ils n'y arriveraient pas.

Le lendemain matin, le monstre ralluma le feu, et procéda à la traite des brebis et des chèvres. Puis il s'empara à nouveau de deux Grecs et les mangea pour son petit déjeuner. Lorsqu'il eut avalé la dernière bouchée, il repoussa le rocher comme si c'était une petite barrière, fit sortir son troupeau et referma la caverne derrière lui de façon à ce que ses prisonniers ne puissent s'échapper.

Les malheureux captifs s'assirent tristement autour du feu qui achevait de se consumer en attendant avec anxiété le retour du Cyclope. Seul Ulysse ne cessa pas d'élaborer des plans d'évasion. Les idées lui venaient les unes après les autres, mais il les repoussait toutes car elles présentaient trop de risques. Tandis qu'il examinait la grotte à la recherche d'une issue, il aperçut la massue du géant, qui était posée ,contre la paroi. Elle était aussi grande que le mât d'un puissant navire. Alors qu'il la regardait, une ruse lui vint à l'esprit. Il tailla un morceau de bois dans le gourdin et appela ses amis pour le polir et l'aiguiser. Puis il expliqua son plan. Ils tirèrent au sort quatre hommes qui devraient aider leur chef dans sa tâche. Ensuite ils cachèrent très soigneusement l'épieu de bois qu'ils avaient préparé.

Vers le soir, Polyphème revint avec son troupeau et referma l'entrée derrière lui. Il s'assit et, après avoir récolté le lait de ses bêtes, il choisit deux nouvelles victimes. Puis il se prépara à se coucher. C'est alors qu'Ulysse s'approcha de lui, et, lui tendant une coupe pleine d'épais vin ciconien que les prisonniers avaient gardé avec eux dans une outre, lui dit :

«Bois, Cyclope. Peut-être que cette coupe de savoureux breuvage adoucira la cruauté de ton cœur.»

Le géant avala le liquide d'un seul trait et le trouva fort bon. «Verse encore,» ordonna-t-il.

Ulysse obéit, à la grande satisfaction de Polyphème.

«Jamais je n'ai bu un vin aussi délicieux,» déclara ce dernier. «Aussi ne serai-je pas ingrat : dis-moi ton nom, et je te ferai à mon tour un présent. »

Le héros servit à nouveau le Cyclope et lui dit avec ruse :

«Je vais te dire mon nom, mais n'oublie pas le cadeau que tu m'as promis. je m'appelle Personne; Personne est le nom que m'ont donné mes parents et mes amis.»

Le géant bredouilla sa réponse, car déjà le vin avait rendu sa langue pâteuse : « Ecoute-moi, je t'aime bien. Je te mangerai en dernier, mon cher Personne, tel sera mon présent.»

Puis il se tut, s'abattit lourdement sur le sol et s'endormit de l'épais sommeil des ivrognes. Alors Ulysse et ses compagnons se saisirent de l'épieu qu'ils avaient préparé et le firent rougeoyer dans les braises.

Lorsqu'il fut bien incandescent, ils le soulevèrent et de toutes leurs forces l'enfoncèrent tout droit dans l’œil unique du Cyclope.

Polyphème se réveilla avec un cri atroce qui ébranla les parois de la grotte et toute la montagne. Terrorisés, les Grecs se cachèrent dans les recoins de la caverne. Le géant arracha le pieu aussi facilement que s'il s'était agi d'une écharde, et se mit tituber fébrilement dans son antre. Comme il était devenu aveugle, les captifs purent se cacher derrière les rochers saillants, si bien que le monstre n'écrasait entre es doigts que des pierres et de l'argile.

Ses gémissements et ses imprécations furent entendus des autres Cyclopes. Ils sortirent en courant de leurs grottes et lui demandèrent ce qui lui était arrivé, et pourquoi il les avait réveillés. Est-ce que quelqu'un essayait de l'assassiner ?

Fou de douleur, Polyphème arrivait tout juste à hurler

«Personne est en train de me tuer, Personne.»

Les géants hochèrent la tête et crièrent :

«Personne? Alors pourquoi hurles-tu ? Est-ce que Zeus t'a envoyé une maladie ? prie donc ton père Poséidon pour qu'il allège ta souffrance.»

Et les monstres s'en retournèrent chez eux.

Le lendemain matin le Cyclope entrouvrit en geignant l'accès de la caverne pour laisser les chèvres et les brebis aller dans leurs pâturages. Lui même s'assit près de l’entrée et tâta soigneusement le dos de chaque animal pour s'assurer que les Grecs essayaient pas de fuir.

Cependant Ulysse inventa une nouvelle ruse : il attacha les béliers trois par trois avec de l'osier et ligota chacun de ses hommes sous la bête du milieu. Quant à lui, s'accrocha sous le ventre du plus gros mâle et, caché dans la laine, parvint ainsi à sortir de la grotte avec ses compagnons.

Une fois dehors, ils abandonnèrent leurs véhicules improvisés et coururent de toutes leurs jambes jusqu'au bateau qui les attendait caché dans une baie. L'équipage es accueillit avec un grand soulagement. Seule la pensée de ceux qui avaient péri dans l'aventure atténua leur joie : Polyphème avait dévoré six héros!

Mais comme ce n'était pas le moment de gémir, et que le danger était encore grand, Ulysse ordonna à son équipage de lever l'ancre après avoir embarqué des moutons. Lorsqu'ils furent en pleine mer, Ulysse se retourna vers la côte hostile et cria :

«Polyphème, m'entends-tu? Tu as eu la punition que tu méritais pour tes forfaits et ton impiété. Tu n'as pas hésité à lever la main sur tes invités, aussi tu as été châtié par les dieux!»

Le géant entendit Ulysse et bondit hors de sa caverne. Il arracha le sommet d'une montagne et le jeta en direction de la voix. Le rocher tomba juste devant le bateau d'Ulysse et faillit le toucher. Les vagues se levèrent et rabattirent le navire vers le rivage. Ce n'est qu'au prix d'immenses efforts que les rameurs parvinrent à s'en éloigner à nouveau.

Lorsqu'ils eurent atteint une distance double de la précédente, et que l'île des Cyclopes était déjà loin, Ulysse appela de nouveau :

«Si quelqu'un te demande qui t'a rendu aveugle, réponds que c'est Ulysse, le roi d'Ithaque! »

« Malheur à moi!» s'écria Polyphème, «ainsi la vieille prophétie s'est réalisée. L'augure m'avait dit qu'Ulysse m'aveuglerait. je pensais qu'il s'agirait d'un homme aussi grand que moi avec lequel je me battrais. Et voilà que c'est ce minuscule individu dont la ruse me prive de la vue. Mais tu verras, Ulysse : je dirai à mon père Poséidon de te faire voyager pendant longtemps avant de te laisser rentrer chez toi seul, ruiné, sans amis et sur un bateau étranger!»

Sur ces mots, il précipita un second rocher encore plus grand dans la mer et faillit briser le gouvernail.

Les Grecs s'arc-boutèrent sur leurs rames et franchirent une fois encore les vagues déchaînées. Ils échappèrent donc au géant et rejoignirent bientôt leurs amis restés sur l'île des chèvres sauvages. Ils partagèrent leur butin et Ulysse sacrifia à Zeus le bélier sous le ventre duquel il s'était échappé. Mais le roi des dieux n'accepta pas son présent : instruit par Poséidon des malheurs de Polyphème, il prépara de nouveaux obstacles pour la suite de leur traversée.

Le lendemain à l'aube, les Grecs repartirent vers Ithaque. Ils eurent quelques jours de traversée paisible, et atteignirent une île entourée de remparts d'airain. La chance était avec eux, car dans ce pays vivait le roi Eole, qui commandait aux vents. L'aimable souverain reçut avec égards Ulysse et ses compagnons et les questionna avec intérêt sur la guerre de Troie et leur voyage. Des fêtes furent organisées en leur honneur pendant un mois tout entier.

Lorsqu'ils furent sur le point de repartir, Eole les aida dans leurs préparatifs et donna à Ulysse un cadeau aussi précieux qu'original : il emprisonna en effet dans un grand sac en peau de bœuf tous les vents contraires et le lia soigneusement avec une corde d'argent. Puis il ordonna à une douce brise de gonfler les voiles des navires et d'emmener les bateaux grecs jusqu'aux côtes d'Ithaque.

Neuf jours et neuf nuits durant, le vent poussa les bateaux, puis enfin ils aperçurent la côte d'Ithaque. Ils s'en rapprochaient si vite que bientôt ils purent distinguer les bergers assis devant leurs feux. Alors, vaincu par la fatigue et les veilles, Ulysse endormit.

« Regardez ! » dirent les marins, « Ulysse s'est endormi. Nous allons savoir à présent quels trésors il rapporte dans le sac de cuir du roi Eole. Ce n'est pas bien de sa part de ne pas nous les montrer, il veut sûrement éviter de partager avec nous l'or et l'argent.»

Ils s'emparèrent du sac et l'ouvrirent. Les vents déchaînés se ruèrent aussitôt par l'ouverture en gémissant et en sifflant. Puis ils entraînèrent toute la flotte dans une gigantesque tempête et la rejetèrent loin de leur pays dans une mer inconnue. Alors Ulysse se réveilla et vit le malheur qui était arrivé. Pris de désespoir, il songea un moment à se jeter dans les vagues. Lorsque la tornade se calma, ils s'aperçurent que les navires étaient revenus près des rivages de l'île d'Eole.

Le héros alla droit au palais où se trouvait le roi des vents. Celui-ci à sa vue exprima son étonnement et lorsqu'il apprit la raison de son retour, il se mit en colère et s'exclama :

«Va-t'en de chez moi et quitte immédiatement mon pays. Les dieux t'ont sûrement puni à cause d'un méfait que tu as commis. je te retire mon amitié ainsi que ma protection. »

Ulysse quitta tristement le palais et retourna auprès de ses compagnons. Ils ne pouvaient plus compter sur la clémence des vents. Les coques des navires fendirent les vagues avec difficulté malgré les efforts des rameurs, dont les fronts se couvraient de sueur.

Après avoir quitté l'île d'Eole, les marins fatigués abordèrent un pays montagneux qu'ils ne connaissaient pas. Ils trouvèrent pour jeter l'ancre une baie accueillante, mais Ulysse fit mouiller son navire un peu plus loin près d'un rocher du haut duquel il voulait examiner la nouvelle contrée.

Une vaste plaine déserte s'étendait devant ses yeux. Au loin s'élevait vers le ciel une colonne de fumée qui semblait indiquer l'existence d'une ville. Le héros redescendit au port et envoya trois Grecs en mission de reconnaissance. Ces hommes traversèrent la plaine, puis une épaisse forêt avant d'arriver aux portes d'une ville dont les maisons étaient gigantesques. La première personne qu'ils rencontrèrent fut une jeune fille qui prenait de l'eau à une fontaine. Elle était d'une taille inhumaine, grande comme une tour, mais elle répondit avec complaisance à toutes les questions que lui posèrent les émissaires. Ils apprirent ainsi qu'ils avaient jeté l'ancre dans le pays des Lestrygons et que le nom de la cité était Télépyle. Puis elle les emmena chez ses parents, qui étaient les souverains de l'île. C'est là qu'ils eurent une des plus grandes surprises de leur vie : devant eux se tenait une reine aussi grande qu'une montagne. Dès qu'elle les vit, elle appela son mari. Sa voix ressemblait au fracas causé par une avalanche. Quant au roi qui arriva en courant, c'était un véritable monstre. Sans plus attendre, celui-ci s'empara d'un des hommes et le fit préparer pour son déjeuner. Les deux autres marins réussirent à s'échapper et à rejoindre leur navire.

Malheureusement, l'alarme était donnée et les horribles Lestrygons se mirent à fourmiller dans la plaine, puis se précipitèrent vers la côte. Ils brisèrent des rochers et les jetèrent de toutes leurs forces sur les bateaux qui sombrèrent aussitôt corps et biens. Seul le vaisseau d'Ulysse fut épargné par cet atroce massacre, car il avait levé l'ancre plus promptement que les autres et était déjà hors d'atteinte.

L'unique navire, qui emmenait Ulysse et quelques compagnons rescapés, se remit à fendre les vagues. Epuisés par la fatigue et l'émotion, les Grecs accostèrent quelque temps après sur le rivage d'une petite île. A peine débarqués, ils s'écroulèrent sur le sol et s'endormirent pendant deux jours et deux nuits.

A l'aube du troisième jour, tandis que l'étoile du matin commençait à peigner les cheveux d'or d'une nouvelle aurore, Ulysse prit une lance et un glaive et s'enfonça au cœur du pays. Il découvrit bientôt un chemin et remarqua un filet de fumée qui s'élevait au-dessus de la cime des arbres. Comme il revenait auprès de ses hommes, un moment à se jeter dans les vagues. Lorsque la tornade se calma, ils s'aperçurent que les navires étaient revenus près des rivages de l'île d'Eole.

Le héros alla droit au palais où se trouvait le roi des vents. Celui-ci à sa vue exprima son étonnement et lorsqu'il apprit la raison de son retour, il se mit en colère et s'exclama :

«Va-t'en de chez moi et quitte immédiatement mon pays. Les dieux t'ont sûrement puni à cause d'un méfait que tu as commis. je te retire mon amitié ainsi que ma protection. »

Ulysse quitta tristement le palais et retourna auprès de ses compagnons. Ils ne pouvaient plus compter sur la clémence des vents. Les coques des navires fendirent les vagues avec difficulté malgré les efforts des rameurs, dont les fronts se couvraient de sueur.

Après avoir quitté l'île d'Eole, les marins fatigués abordèrent un pays montagneux qu'ils ne connaissaient pas. Ils trouvèrent pour jeter l'ancre une baie accueillante, mais Ulysse fit mouiller son navire un peu plus loin près d'un rocher du haut duquel il voulait examiner la nouvelle contrée.

Une vaste plaine déserte s'étendait devant ses yeux. Au loin s'élevait vers le ciel une colonne de fumée qui semblait indiquer l'existence d'une ville. Le héros redescendit au port et envoya trois Grecs en mission de reconnaissance. Ces hommes traversèrent la plaine, puis une épaisse forêt avant d'arriver aux portes d'une ville dont les maisons étaient gigantesques. La première personne qu'ils rencontrèrent fut une jeune fille qui prenait de l'eau à une fontaine. Elle était d'une taille inhumaine, grande comme une tour, mais elle répondit avec complaisance à toutes les questions que lui posèrent les émissaires. Ils apprirent ainsi qu'ils avaient jeté l'ancre dans le pays des Lestrygons et que le nom de la cité était Télépyle. Puis elle les emmena chez ses parents, qui étaient les souverains de l'île. C'est là qu'ils eurent une des plus grandes surprises de leur vie : devant eux se tenait une reine aussi grande qu'une montagne. Dès qu'elle les vit, elle appela son mari. Sa voix ressemblait au fracas causé par une avalanche. Quant au roi qui arriva en courant, c'était un véritable monstre. Sans plus attendre, celui-ci s'empara d'un des hommes et le fit préparer pour son déjeuner. Les deux autres marins réussirent à s'échapper et à rejoindre leur navire.

Malheureusement, l'alarme était donnée et les horribles Lestrygons se mirent à fourmiller dans la plaine, puis se précipitèrent vers la côte. Ils brisèrent des rochers et les jetèrent de toutes leurs forces sur les bateaux qui sombrèrent aussitôt corps et biens. Seul le vaisseau d'Ulysse fut épargné par cet atroce massacre, car il avait levé l'ancre plus promptement que les autres et était déjà hors d'atteinte.

L'unique navire, qui emmenait Ulysse et quelques compagnons rescapés, se remit à fendre les vagues. Epuisés par la fatigue et l'émotion, les Grecs accostèrent quelque temps après sur le rivage d'une petite île. A peine débarqués, ils s'écroulèrent sur le sol et s'endormirent pendant deux jours et deux nuits.

A l'aube du troisième jour, tandis que l'étoile du matin commençait à peigner les cheveux d'or d'une nouvelle aurore, Ulysse prit une lance et un glaive et s'enfonça au cœur du pays. Il découvrit bientôt un chemin et remarqua un filet de fumée qui s'élevait au-dessus de la cime des arbres. Comme il revenait auprès de ses hommes, un énorme cerf traversa sa route. Le héros le tua d'un coup de lance et rejoignit la troupe entraînant son fardeau. Les marins affamés se réjouirent de l'aubaine et se gavèrent de viande grillée. Le sommeil et la nourriture leur redonnèrent force et courage. Après le repas, Ulysse divisa sa petite troupe en deux détachements. Lui-même prit la tête du premier et il donna le commandement de l'autre au barreur Euryloque. Puis ils tirèrent au sort, pour décider lequel des deux groupes irait explorer l'intérieur du pays. La mission échut à celui d'Euryloque qui partit non sans crainte vers la forêt. Ils ne pouvaient s'empêcher de penser à ceux de leurs compagnons qui avaient disparu dans de semblables randonnées chez les Cyclopes et les Lestrygons. Aussi n'avançaient-ils qu'avec prudence et lenteur.

Ils atteignirent bientôt une clairière au milieu de laquelle s'élevait une grande maison. Des loups et des lions paissaient autour de l'habitation, mais ils n'attaquèrent pas les étrangers. Bien au contraire, ils les fêtèrent comme des animaux domestiques se réjouissent du retour de leur maître. Une douce mélodie s'échappait de la maison, qui appartenait à la magicienne Circé, maîtresse de ce féerique domaine. Elle ouvrit sa porte aux Grecs et les invita à entrer. Ceux-ci se sentirent incapables de résister à ses appels et pénétrèrent dans la maison. Euryloque, méfiant, fut le seul à rester dehors.

La magicienne fit asseoir ses invités et leur prépara des mets délicieux accompagnés de miel et de vin fort. Sans être vue, elle y ajouta aussi un liquide magique.

Les marins avalèrent le tout de fort bon appétit. Soudain., leur apparence commença à se transformer. D'abord leur peau se couvrit de soies, puis leurs têtes s'allongèrent et prirent la forme de groins de cochons, enfin, tout grognant, ils se retrouvèrent à quatre pattes. Circé, armée d'une baguette, les conduisit dans la porcherie où ils reçurent des glands et des épluchures.

Après avoir attendu en vain ses compagnons, Euryloque décida de rejoindre le navire car il se doutait qu'un mauvais sort les avait frappés.

«Fuyons pendant que cela est encore possible,» conseilla-t-il à Ulysse, «seuls les dieux savent quel nouveau danger nous guette ici.» -

«Nous ne pouvons pas abandonner nos amis » répondit le héros. Il demanda à son barreur quel chemin il avait suivi et il partit seul, bien armé, à la recherche de ses hommes.

Il rencontra en cours de route un beau jeune homme sous les traits duquel il reconnut le dieu Hermès. Celui-ci lui saisit la main et lui dit :

«Pourquoi te dépêches-tu ? Crois-tu que sans un concours divin tu pourras aider tes compagnons, changés en porcs par la magicienne? Moi, je suis prêt à t'aider.» 1 Il se pencha et ramassa une herbe à la racine noire, ornée d'une fleur blanche. «Cette plante,» dit-il, «s'appelle le moly, elle te permettra de résister au pouvoir magique de Circé. Prends-la. Lorsque la jeune femme te touchera avec sa baguette magique, dégaine ton épée et jette-toi sur elle comme si tu allais la tuer. Tu pourras alors obtenir facilement d'elle le serment qu'elle ne te fera aucun mal. Plus aucun danger ne te menacera et tu pourras retrouver tes marins.»

Sur ces mots, Hermès disparut. Ulysse, songeur, s'avança vers la maison. La magicienne l'accueillit à la porte, l'invita à entrer et avec un sourire lui tendit un breuvage magique. A peine eut-il fini de le boire qu’elle le frappa avec impatience de sa baguette magique en lui ordonnant d'une voix dure

«Va dans la porcherie rejoindre tes amis!»

Mais cette fois le philtre n'eut aucun effet, car le héros était protégé par l'herbe divine. Suivant les conseils du jeune dieu, il brandit son épée comme s'il allait la décapiter. Stupéfaite et terrorisée, Circé tomba à genoux et lui enlaça les jambes :

«Ciel! » s'écria-t-elle. « N'es-tu pas Ulysse dont on m'a prédit la venue ? Si tu es cet homme, range ton glaive et soyons amis.»

«Jure,» lui répondit-il sans abaisser son arme, «jure que tu ne me feras jamais aucun mal.»

L'enchanteresse en fit le serment. Alors il accepta son hospitalité et déposa son épée. Des servantes préparèrent un festin. L'une dressa la table et drapa des toiles pourpres sur les bancs, la seconde mélangea dans une coupe d'argent du vin doux comme le miel et de l'eau pure comme le cristal, tandis que la troisième préparait un bain pour le courageux voyageur.

Quand Ulysse se fut rafraîchi et qu'il eut revêtu les nouveaux vêtements offerts par Circé, il s'assit à la table couverte de mets de choix.

Pourtant il ne mangeait pas et restait immobile, le regard triste.

«Pourquoi refuses-tu de goûter à notre repas ?» demanda la magicienne. «Peut-être es-tu habitué à une nourriture plus raffinée ? »

«Comment pourrais-je me réjouir alors que mes amis souffrent?» répondit le héros. « Libère-les de ton envoûtement et j'oublierai ma tristesse ! »

La jeune femme accéda à la requête d'Ulysse. Elle sortit dans la cour, ouvrit les portes de la porcherie et frotta chaque animal avec un onguent magique. Ils perdirent aussitôt leurs crins, leurs corps se redressèrent et bientôt, au lieu de porcs, des hommes vigoureux entourèrent leur chef. Ils le remercièrent chaleureusement de les avoir délivrés. Circé proposa à Ulysse de faire venir le reste des marins. Ceux-ci halèrent leur bateau sur le sable avant de se joindre à leurs compagnons. La magicienne et ses nymphes les reçurent toute une année, durant laquelle jamais une coupe ou une assiette ne restèrent vides.

Les jours s'étaient rapidement écoulés, entre les fêtes et les jeux. Au bout d'une année, Ulysse demanda à Circé de les laisser partir, lui et ses compagnons.

«Je ne peux pas vous retenir malgré vous,» dit-elle alors. « Mais si vous voulez écourter votre voyage, vous devrez descendre au royaume des ténèbres et demander un augure à l'ombre du prophète aveugle Tirésias.»

Le héros était assez troublé par l'idée de cette dangereuse expédition, mais la magicienne le rassura :

«Ne crains rien, Ulysse. Fais hisser les voiles : le vent se chargera de t'emmener à destination. Lorsque tu auras traversé l'océan, tu apercevras une côte plate ornée d'un bosquet de saules et de noirs peupliers. C'est le bosquet de la déesse Perséphone et c'est aussi l'entrée du royaume des ombres. Tu devras alors t'avancer tout seul et trouver un endroit isolé où tu creuseras un trou et sacrifieras aux morts un bélier et une brebis noirs. L'odeur du sang des bêtes immolées fera sortir les ombres des défunts et ils te demanderont à boire. Mais tu les en empêcheras avec ton épée et ne leur permettras de s'approcher que lorsque tu auras obtenu l'augure de Tirésias. » Circé choisit alors une brebis noire et un bélier de même couleur, les donna au héros et lui souhaita un bon voyage.

Une brise favorable soufflait et le bateau planait sur les vagues comme un oiseau. Bientôt le rivage annoncé, garni de peupliers et de saules, apparut à l'horizon. Ulysse, suivant le conseil de la magicienne, se rendit seul sur la plage sinistre où il creusa un trou dans le sol.

Dès qu'il eut prononcé les paroles rituelles et que le sang des animaux immolés eut coulé dans le trou, les âmes des défunts sortirent une à une du monde inférieur. Des jeunes gens, des vieillards, des femmes et des enfants, des guerriers, tous s'attroupèrent en gémissant autour des bêtes sacrifiées.

Ulysse dégaina son épée et empêcha les ombres de se précipiter pour boire le sang chaud. Parmi elles, le roi d'Ithaque reconnut sa mère, qui était encore vivante quand il était parti à la guerre. A sa vue, il pleura abondamment mais il ne la laissa pas s'humecter les lèvres. Enfin la silhouette de Tirésias s'approcha de lui et l'invita à ranger son glaive. Le prophète étancha sa soif et dit :

«Ulysse, tu as gravement offensé le dieu Poséidon en rendant aveugle son fils Polyphème. Il sèmera encore des embûches sur ta route. Mais si tu suis mes conseils, tu pourras rentrer chez toi. Tu vas bientôt aborder sur l'île de Trinacrie. Des troupeaux bien nourris paissent dans ses prairies. Ils appartiennent au dieu du soleil Hélios. N'y touchez pas, sinon je peux prédire la destruction de ton bateau et la mort de tous tes compagnons. Tu retourneras dans ton pays natal seul et sur un bâtiment étranger. Et même à ton arrivée, tu ne trouveras rien de bon. Ton palais sera plein d'arrogants prétendants à la main de ton épouse Pénélope. Tu devras les châtier, puis offrir un sacrifice au dieu Poséidon. Alors tu vivras heureux pendant de très nombreuses années. »

Ulysse remercia le prophète et lui demanda

«je viens de voir parmi les morts l'ombre de ma mère. Comment puis-je lui parler ? »

«Tous ceux à qui tu permettras de goûter ce sang pourront te répondre et te diront la vérité,» dit-il, et sur ces mots il rentra silencieusement dans le royaume des défunts.

Ulysse fit boire sa mère. Aussitôt elle le reconnut et s'exclama

«Que fais-tu donc ici, mon fils? Parcours-tu le monde depuis la chute de Troie?

N'es-tu pas retourné à Ithaque auprès de ta femme et de ton fils ? »

Alors le héros lui raconta son triste destin et lui demanda des nouvelles de sa famille.

«Ta femme fidèle, Pénélope, t'attend toujours et pleure ton absence,» répondit elle. «Ton fils Télémaque a grandi en force et en sagesse. Quant à ton vieux père, il a hâte de te voir avant de mourir. Il a quitté la ville pour la campagne où il travaille la terre comme un paysan. Moi, je n'ai pas pu supporter de ne pas te revoir et j'ai quitté la vie.»

Sur ces mots, elle se tut et, sans laisser à Ulysse le temps de la serrer dans ses bras, elle se volatilisa comme un léger brouillard sous un souffle de vent.

Alors s'avança l'ombre du roi Agamemnon. Il étancha sa soif et reconnut Ulysse. Les larmes aux yeux, il lui raconta comment sa propre femme, Clytemnestre, l'avait assassiné à son retour de la guerre et lui conseilla la prudence lorsqu'il atteindrait Ithaque. Peut-être quelqu'un y souhaitait aussi sa mort.

Puis vinrent les fantômes des valeureux guerriers qui avaient combattu. sous les murs de Troie. Achille reconnut en Ulysse son brave compagnon et celui-ci le félicita de la primauté qu'il avait obtenu dans le royaume des morts. Mais, d'une voix triste, le héros répliqua :

«Je préférerais être laboureur sur terre ou bien serviteur d'un pauvre homme dans quelque pays étranger, plutôt que gouverneur des morts au royaume infernal.» Il demanda à Ulysse des nouvelles de son fils et fut heureux d'apprendre qu'il s'était vaillamment conduit à la guerre.

Ajax passa en silence, car il était encore en colère de n'avoir pas obtenu l'armure d'Achille.

Dans cette longue procession de défunts, le héros reconnut beaucoup de ses anciens compagnons. Mais, soudain saisi d'horreur devant ces âmes gémissantes, il se détourna d'elles et s'enfuit vers son bateau. Les marins tirèrent vigoureusement sur les rames et le navire s'éloigna de la sinistre côte.

Instruit par Circé, Ulysse savait d'avance qu'ils allaient affronter deux nouveaux dangers.

Il fallut d'abord échapper au piège tendu par les Sirènes à tous les navigateurs. Ces nymphes de la mer attiraient les voyageurs vers leur île au moyen de chants irrésistibles et dès qu'un vaisseau se dirigeait vers l'endroit d'où provenaient les voix charmantes, il se brisait sur des récifs cachés sous la surface de la mer. Aussi, pour qu'ils résistent à l'envoûtement fatal, Ulysse obligea ses hommes à ' se boucher les oreilles avec de la cire de façon qu'ils ne puissent entendre la mélodie traîtresse. Quant à lui, il se fit attacher solidement au mât. Ainsi il entendit le chant des Sirènes sans pouvoir se jeter à la mer pour les rejoindre à la nage comme il l'aurait sûrement fait s'il avait été libre.

Ils échappèrent donc aux Sirènes mais peu de temps après ils entendirent un bruit effroyable. Le second péril les guettait : c'était le monstre Scylla qui grondait dans une caverne creusée dans une immense falaise. Ses six têtes de chien se secouaient au-dessus de la surface de l'eau en aboyant sans arrêt. Face à la grotte inhospitalière surgissait de la mer un petit rocher au pied duquel se tenait la fille de Poséidon, Charybde, qui trois fois par jour aspirait et recrachait une énorme quantité d'eau. Autour de son refuge la mer bouillonnait, les falaises ajoutaient au fracas de la mer et les vagues étaient noires de la terre qu'elles charriaient. Tout bateau qui échappait à Scylla était immanquablement englouti dans l'horrible tourbillon de Charybde.

Glacés d'horreur, les compagnons d'Ulysse lâchèrent leurs rames. Mais celui-ci les encouragea et leur ordonna de contourner le rocher le plus grand. Tel avait été le conseil de la magicienne Circé. Ils tirèrent donc sur les rames, mais ne purent éviter Scylla : ses six têtes se dressèrent. Elles happèrent six marins et les entraînèrent au fond de la grotte où ils furent avalés. Le reste de l'équipage échappa à Charybde, qui, elle, les aurait tous exterminés.

Ils étaient épuisés lorsqu'ils aperçurent les côtes de l'île de Trinacrie. Là, les troupeaux du dieu Hélios paissaient dans des prairies où poussait une herbe odorante. Ulysse ne voulait pas débarquer sur l'île : il craignait que ses marins ne fissent du mal aux troupeaux, ce qui aurait permis à la prédiction de Tirésias de s'accomplir.

«Permets-nous de nous reposer un peu après ce pénible voyage,» dit à Ulysse le barreur Euryloque. «Nous nous reposerons un peu avant de repartir, sans nous occuper le moins du monde de ces troupeaux.»

Ulysse était réticent, mais finalement, lorsque tous les marins eurent juré qu'ils ne toucheraient pas aux animaux sacrés, mais se contenteraient des vivres qu'ils avaient avec eux, il donna son accord. Ils jetèrent l'ancre, allèrent à terre et les marins se roulèrent avec délices sur l'herbe tendre.

Mais cette nuit-là, Zeus déclencha une tempête, et par la suite les ouragans soulevèrent constamment les vagues. L'état de la mer ne permettait pas aux marins de quitter l'île. Les Grecs échouèrent leur bateau et s'installèrent. Tant que durèrent leurs vivres, aucune difficulté ne s'éleva. Jour après jour, nuit après nuit, la tempête continuait.

Bientôt, un long mois s'était écoulé et les Grecs étaient toujours retenus sur l'île. On vint à bout des vivres, et la faim commença à tourmenter les hommes. Et il restait toujours impossible de reprendre la mer.

Un jour, Ulysse quitta le camp pour aller inspecter la côte. En son absence, Euryloque s'adressa aux hommes :

«Voulez-vous mourir de faim tandis que le bétail le plus gras que j'aie jamais vu paît tranquillement autour de vous ? Allons tuer quelques vaches. Nous offrirons les meilleurs morceaux en sacrifice aux dieux. Nous nous partagerons le reste.»

Les marins affamés ne furent pas longs à se ranger à cet avis, et promirent que s'ils en réchappaient, ils construiraient à Ithaque un temple magnifique dédié à Hélios. Puis ils capturèrent quelques têtes de bétail, les abattirent rapidement et en offrirent les meilleurs morceaux en sacrifice aux dieux. Ils se mirent en devoir de cuire le reste pour eux-mêmes. Ulysse s'en revint alors, trop tard pour les arrêter. Il se lamenta et reprocha amèrement à ses compagnons de n'avoir pas su tenir leur promesse.

La malédiction des dieux fut vite évidente : les peaux des animaux abattus commencèrent à ramper dans l'herbe, la viande crue meugla aux broches. De son char, Hélios avait tout vu.

Il raconta à Zeus et aux autres dieux le forfait dont les marins s'étaient rendus coupables. Il exigea pour les compagnons d'Ulysse un prompt châtiment et menaça, s'il n'en était pas ainsi, de descendre au royaume des morts et de redonner la lumière aux ombres des défunts.

Pendant six jours, les hommes se nourrirent de la chair des bêtes abattues. Le matin du septième jour, la mer se calma et ils purent lever l'ancre. Trinacrie disparut bientôt à l'horizon, et la mer immense s'étendit de tous côtés autour d'eux. Zeus ne retarda pas davantage le châtiment qu'il réservait aux marins. Il envoya dans le ciel bleu un nuage noir, déchaîna une tempête et enveloppa le navire dans une trombe. Le bateau chavira dans la mer écumante, et tous les marins furent précipités dans les flots. Seul Ulysse, qui n'avait pris aucune part au massacre du bétail d'Hélios, fut épargné.

La dixième nuit après le désastre, il fut rejeté avec le bout d'épave auquel il était accroché sur la côte de l'île d'Ogygie. Sur cette île vivait la nymphe Calypso, dans une grotte abritée parmi les buissons en fleurs. Elle accueillit Ulysse dans sa demeure recouverte de plants de vigne; elle le traita magnifiquement et tenta de lui faire oublier le monde extérieur. Pendant sept ans, Calypso retint Ulysse sur l'île, sans lui permettre de repartir.

Enfin la déesse Athéna prit en pitié le captif et intercéda en sa faveur auprès de Zeus, roi des dieux. Zeus envoya Hermès, le messager des dieux, pour ordonner à la nymphe de laisser Ulysse s'en aller.

Ulysse se tenait, comme il en avait pris l'habitude, assis au bord de la mer et regardait au loin. Il avait le mal du pays et pleurait. Soudain, il entendit une voix derrière lui :

«je n'ai aucune envie de me séparer de toi, Ulysse,» disait Calypso. «J'aurais voulu que tu restes avec moi pour toujours; tu aurais été jeune éternellement, et serais devenu immortel. Mais je ne puis m'opposer à un ordre de Zeus. Construis-toi un radeau, et rentre dans ton pays natal!»

Ulysse ne parvenait pas à croire que la nymphe le libérait. Quand il fut revenu de sa stupéfaction, il saisit joyeusement une hache et se mit à abattre des arbres. Bientôt, son radeau était construit. La nymphe lui donna de l'eau et des vivres.

De nouveau, Ulysse navigua sur la mer aux vagues ondulantes. Une jolie brise soufflait, et son voyage commença bien. Après quelques jours de navigation, il aperçut de nouveau la terre. La silhouette sombre de la terre des Phéaciens se détachait à l'horizon. Pourtant, Ulysse ne devait pas atteindre la côte sans encombre : le dieu Poséidon aperçut son radeau et agita furieusement la mer avec son trident. Il voila de nuages la terre et le ciel, et déchaîna contre Ulysse les pires tempêtes. Une énorme vague jeta à la mer le héros, et pendant deux jours et deux nuits il flotta entre la vie et la mort, désespérément agrippé à une planche.

Au matin du troisième jour, il aperçut la côte bordée de forêts. Une grande vague le jeta à terre, mais une autre vague revint l'emporter dans la mer. Il rassembla ses dernières forces et parvint à se traîner à terre, à l'endroit où un petit cours d'eau se jetait dans la mer. Une fois en sécurité, il s'évanouit et s'effondra sur le sol. La fraîcheur de la nuit l'éveilla, car il avait perdu tous ses vêtements dans la tempête. Il alla dans un bois d'oliviers, fit un tas avec des feuilles tombées des arbres, et s'y installa comme dans un lit. A peine couché, il sombra dans un sommeil profond. Il ne savait pas qu'il dormait sur le territoire des Phéaciens.

Pendant qu'il dormait, la déesse Athéna continuait à se préoccuper de son retour au pays natal. Elle alla en hâte au palais du roi des Phéaciens, Alcinoos, et se mit en quête de sa fille Nausicaa. La belle Nausicaa était endormie dans son lit, et même endormie elle ressemblait à une déesse. Athéna se pencha au-dessus d'elle et lui suggéra un rêve. Dans ce rêve elle lui donna l'idée d'aller le lendemain matin avec ses servantes jusqu'à la rivière pour laver ses magnifiques vêtements.

Les rayons du soleil du matin dissipèrent le rêve et Nausicaa s'éveilla. Elle alla trouver son père, et lui demanda de lui faire préparer un char. Aidée de ses servantes, elle chargea le char de vêtements, et se mit en route vers l'embouchure de la rivière comme son rêve de la nuit lui en avait donné l'idée. Elle conduis-ait seule son char; les servantes la suivaient à pied. Bientôt, les vêtements furent lavés. Quand tout fut fini, les jeunes filles se baignèrent et prirent un léger repas. Puis Nausicaa lança une balle à une jeune fille qui se trouvait près de la rivière, et Athéna dirigea la balle de façon telle qu'elle tomba au milieu du courant. Toutes les jeunes filles se mirent à crier et ces cris réveillèrent Ulysse.

D'abord, il eut peur d'avoir encore abordé dans un pays habité par d'affreux géants, mais il distingua vite les voix des jeunes filles. Il cassa une branche assez touffue pour cacher sa nudité, et sortit des buissons. A peine les jeunes filles l'avaient elles aperçu que leurs cris redoublèrent et qu'elles s'enfuirent à toutes jambes. Ulysse était sale, boueux, et, avec la branche qu'il tenait devant lui, ressemblait davantage à un spectre qu'à un homme de chair et d'os. Seule, Nausicaa ne s'enfuit pas : Athéna lui avait inspiré suffisamment de courage. Ulysse ne bougea pas et, de loin, pour ne pas effrayer Nausicaa, il commença à plaider sa cause :

«Que vous soyez une déesse ou une créature humaine, ne partez pas, je vous en prie, mais aidez-moi. La tempête m'a jeté sur cette côte, je suis un marin naufragé. je ne connais personne ici et n'ai même pas la moindre idée de l'endroit où je me trouve. Ayez pitié de moi, donnez-moi des vêtements et montrez-moi le chemin de quelque demeure humaine. Les dieux vous récompenseront et vous accorderont tout ce que vous voudrez!»

Nausicaa répondit sans crainte

« Etranger, tu ne me sembles pas être un méchant homme. je veux t'aider. je suis la fille du roi des Phéaciens, Alcinoos, et je vais te montrer le chemin de notre capitale. Tu as imploré ma bonté, et je ne te décevrai pas.»

Sur ces mots la fille du roi rappela ses servantes et leur ordonna d’ apporter des vêtements pour Ulysse. Celui-ci prit un bain dans la rivière et s'habilla. Sa protectrice, la déesse Athéna, le gratifia d'un aspect particulièrement séduisant : il ressemblait à un dieu. Nausicaa et ses suivantes furent stupéfaites de voir quel changement s'était opéré en lui. Elles lui donnèrent à manger et à boire : Ulysse put apaiser sa faim et étancher sa soif.

Les servantes chargèrent le linge et les vêtements secs dans le char de Nausicaa, qui y prit place. Ulysse suivit derrière avec les servantes.

Quand ils arrivèrent près de la cité, Nausicaa dit à Ulysse

«je suis désolée, étranger, mais il ne faut pas que tu pénètres avec nous dans la cité. Attends ici, dans ces bois qui te cachent, et ne cherche à pénétrer en ville que quand nous aurons disparu depuis quelque temps. Si les Phéaciens me voyaient arriver avec un étranger, ils diraient que je ramène un mari qui n'est pas de notre pays. Tu trouveras facilement le palais royal tout seul. Va trouver ma mère et demande-lui son aide. Si elle accepte, tu reverras certainement ton pays natal.»

Les serviteurs de la fille du roi disparurent bientôt derrière les murailles de la cité. Ulysse sortit de sa cachette et pénétra enfin dans la ville. La déesse Athéna l'enveloppa dans. un léger brouillard, de telle sorte que les Phéaciens ne puissent l'apercevoir et l'arrêter. Elle lui apparut sous l'aspect d'une jeune fille qui lui montra le chemin du palais du roi.

Stupéfait, Ulysse contempla le magnifique palais. Les murs en étaient recouverts de bronze et les portes étaient en or. Des chiens d'or et d'argent étaient placés de part et d'autre de l'entrée principale. Tout autour du palais, il y avait un parc merveilleux, empli de poires juteuses, de figues, de pommes et de grappes de raisin. Ces fruits ne pourrissaient jamais et les branches des arbres donnaient des fruits tout au long de l'année.

Dans la plus grande salle de ce merveilleux palais, les nobles Phéaciens, invités par le roi, étaient justement en train de partager avec lui un superbe repas. Ulysse parvint sans être vu à s'approcher du couple royal. Alors Athéna lui ôta son voile de brume, et Ulysse se jeta aux pieds de la reine.

«O Reine,» s'exclamatif, «je vous supplie de me venir en aide. Pendant de longues années j'ai erré à travers le monde. je voudrais tant revoir mon pays natal, pourtant je ne puis parvenir à y rentrer. Aidez-moi à m'en retourner chez moi! Si vous faites cela, que les dieux déversent sur vous des trésors de bonheur.»

Il termina ainsi son discours et s'assit sur les cendres voisines du feu. Tout le monde cessa de parler et le silence total se mit à régner. Un Phéacien finit par s'écrier :

« Il n'est pas convenable, ô roi Alcinoos, de laisser notre invité assis par terre, dans la poussière, à côté du feu. Qu'il s'asseye comme nous sur un siège!Qu'on lui verse du vin dans une coupe, et qu'on lui apporte à manger.»

Le roi approuva cette suggestion. Il prit par la main Ulysse, l'installa lui-même sur une chaise à côté de lui et se mit à s'occuper de lui personnellement. Il promit aussi de veiller à ce que son invité puisse s'en retourner dans son pays natal.

A la fin du repas, quand Ulysse resta seul avec le couple royal, la reine ne put s'empêcher de lui demander d'où venaient les magnifiques vêtements qu'il portait : elle reconnaissait le travail qu'elle avait fait elle-même avec l'aide de ses servantes. Ulysse raconta au roi et à la reine la vérité : sa dernière aventure avec la nymphe Calypso, son naufrage, et comment il avait été secouru par leur fille. Il se garda seulement de révéler son nom.

Le roi l'écouta avec la plus grande attention. Il aurait rêvé d'un tel mari pour sa fille; mais il avait donné sa parole d'aider l'étranger à rejoindre sa patrie. Le roi et la reine prirent finalement congé du héros, et chacun alla se coucher. Bientôt, Ulysse, étendu dans un lit moelleux, laissa le sommeil effacer tous ses soucis.

Le lendemain matin, le roi Alcinoos ordonna à cinquante-deux marins choisis avec le plus grand soin de former l'équipage d'un magnifique vaisseau tout neuf et de le préparer à une longue traversée.

Pendant ce temps, le palais royal était fort animé : le roi avait invité un grand nombre de nobles Phéaciens à participer à une grande fête en l'honneur de l'étranger, et toutes les salles étaient pleines de monde.

Le merveilleux aède Démodoque était venu, lui aussi. Il était aveugle mais chantait les actions héroïques et les batailles avec tant de chaleur que l'on pouvait croire en l'entendant qu'il les avait toutes vécues.

Après le repas, le roi invita le poète à chanter. L'aveugle Démodoque pinça les cordes de son luth et transporta l'assistance devant les murailles de Troie. Sa chanson racontait la querelle entre les deux fameux héros, Achille et Ulysse.

Ulysse fut profondément ému par le chant de Démodoque. Il fondit en larmes lorsque le chanteur prononça son nom. Le roi remarqua l'émotion de son invité et fit cesser le chant. 11 voulut chasser le chagrin de son invité, aussi convia-t-il les jeunes Phéaciens à se mesurer au cours de jeux athlétiques.

Le stade fut vite rempli de jeunes Phéaciens, avides de montrer à Ulysse ce qu'ils étaient capables de faire. Il y eut des compétitions de course, de saut et de lancement du disque. Ulysse se contentait de regarder. Les Phéaciens auraient bien voulu se rendre compte de sa force et de son adresse, mais lui pensait déjà qu'il naviguait de nouveau vers sa patrie bien-aimée.

«Notre invité n'est peut-être qu'un de ces marchands qui parcourent les mers,» murmuraient les jeunes Phéaciens, «les marchands ne connaissent rien au sport et ne se préoccupent que de bénéfices ... » et ils commencèrent à se moquer de lui.

Le fils d'Alcinoos, influencé par les paroles de ses camarades, invita Ulysse à montrer de quoi il était capable. Ulysse se montrait réticent, ce qui eut pour effet d'exciter les moqueurs encore davantage. A la fin, Ulysse se mit en colère et alla choisir le plus grand des disques qui était sur le stade. Il s'en saisit, et le projeta dans les airs avec une force telle que le sifflement du disque fut perçu par tous. Il passa au-dessus des têtes des assistants et alla tomber au loin, là où aucun des jeunes Phéaciens ne serait parvenu à l'envoyer. Stupéfaits, ceux-ci se turent, et plus personne n'osa se moquer à nouveau d'Ulysse.

Après les jeux, on retourna au palais et le banquet interrompu reprit. Cette fois, Ulysse lui-même invita Démodoque à chanter. Démodoque commença un chant sur la guerre de Troie. Quand Ulysse entendit raconter ses exploits, et notamment sa fameuse ruse du cheval, il se mit de nouveau à verser des larmes sous le coup de l'émotion. Seul Alcinoos remarqua cela. Il ordonna à l'aède de s'arrêter et, se tournant vers les autres convives, dit :

«je me rends bien compte que nous n'aimons pas tous les chants de Démodoque. Notre invité est triste, or nous l'aimons tous comme notre frère. Dis-nous, ô étranger, quel est ton nom, qui sont tes parents et de quel pays tu es originaire? Après tout, il faudra bien que tu nous le dises si tu veux que nous t'y ramenions.»

Ulysse, un peu gêné car il ne savait pas comment raconter son histoire, commença par dire qui il était. Ses paroles provoquèrent la stupéfaction des Phéaciens : c'était donc le fameux Ulysse! Retenant leur souffle, ils écoutèrent la suite de son récit.

Quand il l'eut achevé, personne ne bougea dans la salle pendant un long moment. Le roi Alcinoos fut le premier à se lever. Du fond du cœur, il souhaita au noble héros un voyage prompt et aisé vers sa patrie dont le mauvais sort l'avait tenu si longtemps éloigné.

Le lendemain, les Phéaciens chargèrent le navire des présents que le roi et les nobles Phéaciens avaient tenu à faire à Ulysse : de magnifiques étoffes, des vases splendides et des armes superbes. Alcinoos fit offrir une vache en sacrifice aux dieux.

Après un repas d'adieu, le roi ordonna à ses serviteurs d'installer à la poupe du navire d'épais tapis et des coussins, de telle sorte qu'Ulysse puisse continuer à se reposer durant le voyage.

Ulysse fit ses adieux à Alcinoos et aux si hospitaliers Phéaciens. Rien ne pouvait plus entraver à présent le retour du héros. Il s'embarqua, et les marins tirèrent vigoureusement sur les rames. La côte disparut bientôt à l'horizon, et ils firent routevers Ithaque.

Le navire finit par atteindre la patrie d'Ulysse, un matin, au moment où la nuit commençait à pâlir pour faire place au jour. Le héros était profondément endormi. Il ne restait aux marins qu'à le déposer sur le rivage avec les présents qu'on lui avait faits. Puis ils s'en retournèrent.

Dès que le dieu Poséidon apprit que les Phéaciens avaient aidé Ulysse, il se mit dans une colère épouvantable. Il demanda à Zeus la permission de les punir. Le navire était déjà en vue du port et le peuple s'assemblait pour faire fête aux marins. Soudain, Poséidon émergea des vagues et frappa le bateau de la paume de sa main. En un instant, le bateau tout entier, avec tous ceux qui se trouvaient dessus, fut transformé en pierre et cette pierre coula à pic pour s'en aller reposer au fond de la mer.

Le roi Alcinoos avait tout vu, et fit entendre un long gémissement. Il venait de se souvenir d'une épouvantable prédiction qui lui avait été faite bien des années auparavant : il y était dit que Poséidon transformerait en pierre un navire Phéacien rentrant au port, et qu'il encerclerait la cité d'une chaîne de montagnes escarpées. Il rassembla immédiatement le peuple pour offrir de grands sacrifices, dans l'espoir que Poséidon les prendrait en pitié et ne les enfermerait pas au milieu des montagnes. Tous se joignirent à lui.

Pendant ce temps, Ulysse se réveillait sur l'île d'Ithaque, se levait et regardait tristement autour de lui. Après tant d'années, il ne reconnaissait plus sa patrie. Là où se dressait une colline dénudée, des arbres avaient poussé, et là où prospéraient des buissons verdoyants, des pierres blanches luisaient dans la lumière crue du petit matin. Désespéré, Ulysse commença à pleurer et à se lamenter : il croyait qu'il se trouvait de nouveau dans quelque pays étranger, et que les Phéaciens l'avaient trompé. Mais autour de lui étaient étalés tous les présents qu'ils lui avaient faits : les tridents, les vases, les joyaux et les magnifiques étoffes, rien ne manquait, tout était étalé sur le rivage.

Un jeune berger qui descendait d'une colline vint à la rencontre du héros. C'était la déesse Pallas Athéna qui avait revêtu cette apparence pour venir réconforter le malheureux.

Ulysse se réjouit de voir un homme sur ce rivage désolé. Le gardien de troupeau était habillé comme un jeune noble : il portait aux pieds des sandales ouvragées et tenait à la main une lance. Il n'avait pas l'air hostile, aussi le héros se leva et lui demanda où il était.

«Tu dois venir de loin,» dit la déesse travestie, «pour ne pas connaître le nom de ce pays : cette côte est celle de l'île d'Ithaque. »

En entendant ces mots Ulysse eut de la peine à réprimer sa joie. Mais il cacha prudemment son identité et inventa une histoire pour expliquer au berger comment il avait débarqué.

La déesse sourit de sa ruse, reprit son apparence normale et dit simplement «je viens t'offrir mon concours, Ulysse. je suis Pallas Athéna.» Puis elle l'aida à cacher dans une grotte les précieux cadeaux qu'il venait de recevoir, et s'assit avec lui sous un olivier pour l'encourager et lui donner des conseils.

«Ne crains rien, je ne t'abandonnerai pas,» dit-elle, «et d'abord je ferai en sorte que tu ne soies pas reconnu en Ithaque avant que ce ne soit nécessaire. je vais rider ton front, faire tomber tes cheveux et t'habiller de loques minables. je vais éteindre le feu de tes yeux et les rendre fatigués par l'âge de façon à ce que non seulement tu paraisses hideux aux prétendants à la main de ta femme, mais que même celle-ci, même ton fils, te trouvent repoussant. C'est sous cette apparence que tu iras trouver le gardien de porcs Eumée. Il est honnête et t'est resté fidèle. Tu apprendras grâce à lui ce qui se passe dans ton palais. Pendant ce temps, je vais faire revenir de Sparte ton fils Télémaque. Il est parti chez le roi Ménélas pour essayer d'avoir de tes nouvelles. »

«Est-ce que mon fils va lui aussi errer sur les mers?» demanda Ulysse avec anxiété.

La déesse le rassura

«Ne te fais pas de souci pour lui. Il ne manque de rien. je l'ai moi-même accompagné jusqu'à Sparte et j'irai le rechercher.»

Sur ces mots, Athéna toucha le héros de sa baguette magique. Aussitôt son teint se flétrit, son visage se couvrit de rides et ses vêtements se transformèrent en haillons qui pendaient sur ses épaules courbées. Elle lui donna un bâton et jeta sur son dos un affreux sac éculé.

Ainsi rendu méconnaissable, Ulysse partit à la recherche du gardien de porcs Eumée. La déesse lui indiqua le chemin à suivre.

Le vieillard était assis dans un enclos qu'il avait construit pour ses bêtes et se fabriquait de nouvelles sandales en peau. Les jeunes bergers étaient dans les prairies. Dès que les chiens sentirent l'étranger, ils se précipitèrent sur lui en aboyant furieusement. Ils auraient sûrement mordu sérieusement Ulysse si Eumée ne les avait pas chassés en criant. Il reçut le pauvre voyageur avec bonté. Il jeta des fagots par terre et étala dessus une douce fourrure de façon à ce que son visiteur soit bien installé. Il tua même en son honneur deux cochons de lait, les découpa et les fit griller tout en parlant à l'étranger :

«je ne peux t'offrir que ces deux petites bêtes, » dit-il, «celles qui sont engraissées, je dois les donner au palais où les prétendants festoient nuit et jour. Les troupeaux diminuent de façon inquiétante pendant que les caves et les greniers se vident. Si mon pauvre maître était là, il y mettrait certainement bon ordre. Mais les dieux seuls savent où il est enterré. Il y a des années qu'il est parti se battre à la guerre de Troie. S'il était vivant, il serait sûrement déjà revenu, car le combat est fini depuis longtemps. »

Le berger déposa la viande rôtie devant Ulysse et lui versa du vin dans un bol de bois.

Lorsque le voyageur eut repris un peu de forces, il dit au porcher

«Voilà des années que j'erre sur les mers et à travers les terres. Dis-moi quel est le nom de ton maître : peut-être l'ai-je rencontré.»

« Mon pauvre seigneur,» répondit l'homme, «s'appelait Ulysse. Il était bon et juste. je ne reverrai jamais de ma vie un roi aussi valeureux! »

«Si ton maître est Ulysse,» dit le héros travesti, «je peux jurer qu'il reviendra cette année. Tu me récompenseras de ce que je te dis dès qu'il sera apparu au palais royal. »

«Tant pis pour ton serment,» dit le berger sceptique, «de toute façon tu n'auras pas de récompense car Ulysse ne reviendra pas. je suis aussi inquiet pour son fils, Télémaque : il est parti chez le roi Ménélas, et l'on dit que les prétendants ont envoyé un bateau pour lui tendre une embuscade et le tuer. Mais maintenant, cher invité, c'est à toi de me raconter d'où tu viens et qui tu as rencontré sur ta route. »

Ulysse inventa alors une histoire. Il dit qu'il venait de Crète et qu'il avait eu beaucoup d'aventures. Il raconta aussi qu'il avait participé à la guerre de Troie et y avait rencontré Ulysse. Il l'avait d'ailleurs rencontré encore une fois quand Ulysse était sur le chemin du retour.

Le berger l'écouta attentivement, et crut tout le récit, sauf ce qui concernait le prochain retour de son roi. Il pensa que l'étranger voulait se faire bien voir de lui en lui annonçant de bonnes nouvelles.

Le ciel s'obscurcit et les autres pasteurs revinrent à l'abri. Ils enfermèrent les animaux dans l'étable et se mirent à dîner. Dehors, les nuages avaient voilé la lune, et la pluie se mit à murmurer. Un vent glacial et humide traversa les fissures des murs et Ulysse eut froid. Il se demanda comment il pourrait se réchauffer, et décida d'éprouver les bergers.

«Ecoutez,» dit-il, «je vais vous raconter ce qui m'est arrivé pendant le siège de Troie. Un soir que nous nous étions embusqués sous les murs de la ville, avec Ulysse, Ménélas et d'autres guerriers, pour préparer une attaque, le vent glacial se mit à souffler, et nous fûmes bientôt tous engourdis de froid. Les autres guerriers avaient des vêtements chauds et ne prenaient pas garde au fait que leurs boucliers se recouvraient de givre. Mais moi j'avais laissé mon. manteau au camp. Vers le matin, je ne pus supporter le froid et je dis à Ulysse :

'Ami, dans quelques instants je vais mourir. je ne suis pas couvert et vais périr de froid.'

'Tiens-toi tranquille une minute, dit Ulysse de façon à ce que personne ne puisse l'entendre. Il se leva et dit à ses guerriers :

'Un dieu vient de m'envoyer un songe. Nous nous sommes avancés trop loin et avons besoin de renforts. Que quelqu'un aille porter un message au roi Agamemnon.' Aussitôt un homme se leva et, rejetant son manteau, partit en courant. Quant à moi, enroulé dans son vêtement, je dormis jusqu'à l'aurore. Si j'étais maintenant aussi jeune et vigoureux qu'alors, quelqu'un me prêterait sûrement un manteau pour me protéger du froid.»

«C'est vraiment une belle histoire, » dit Eumée. «Nous aussi, vieil homme, allons te donner un vêtement. Et lorsque notre prince Télémaque rentrera, il t'en offrira un et te donnera tout ce dont tu as besoin pour voyager.»

Le berger prépara un confortable lit de peaux de mouton et, quand Ulysse fut couché, il le couvrit de son propre manteau. Lui-même ne se coucha pas mais prit une épée et une lance et sortit surveiller les troupeaux.

Ulysse ne dormait pas encore et lorsqu'il vit qu'Eumée s'en allait, il fut heureux de constater comme il gardait bien ses bêtes.

Cette nuit-là, à Sparte, Télémaque eut un sommeil agité. Il se réveillait sans cesse en pensant à son père. Soudain une apparition déchira l'obscurité environnant le prince : la déesse Pallas Athéna était devant lui.

«Rentre immédiatement dans ton pays,» lui dit-elle, «mais prends bien garde en chemin. Les soupirants de ta mère t'ont tendu des pièges, ils t'attendent sur un bateau dans un détroit pour te faire prisonnier. C'est pourquoi tu dois éviter ce passage et ne naviguer que pendant la nuit. Lorsque tu auras atteint Ithaque, envoie tes compagnons à la ville, et toi, va tout seul chez le fidèle berger Eumée. »

Pallas Athéna remonta vers l'Olympe et Télémaque suivit son conseil. Il partit chargé de cadeaux offerts par le roi Ménélas et sa femme Hélène et embarqua sur son navire. Il contourna le détroit dangereux et, aidé par un vent favorable, accosta sans difficulté à Ithaque.

Il débarqua avant ses amis et se dirigea aussitôt vers la hutte d'Eumée.

Ulysse était assis avec ce dernier dans sa cabane lorsqu'ils entendirent les chiens aboyer joyeusement. Le berger se leva pour voir qui venait et reconnut son prince.

Dans son émoi, il lâcha la petite coupe de vin qu'il tenait. Il prit Télémaque dans ses bras tremblants et l'embrassa sans pouvoir retenir ses larmes.

Ulysse pouvait être fier de son fils : à son départ, c'était un enfant, et maintenant il voyait devant lui un jeune homme vigoureux. Mais il dissimula ses sentiments et offrit sa place sur la peau de mouton.

«Reste assis, étranger,» dit le prince, «je trouverai bien un autre siège : il y a assez de place ici.»

Le pasteur rayonnant de joie déposa devant lui de la viande rôtie et du vin. Télémaque mangea de bon appétit, puis il demanda à l'invité d'où il venait. Eumée lui raconta alors l'histoire du voyageur. Il acheva son récit par ces mots :

«Il est venu me demander un abri. Maintenant que tu es rentré, prends-le sous ta protection, c'est un homme juste.» Après avoir réfléchi un moment, Télémaque répondit :

«Notre invité ferait mieux de rester chez toi. je vais lui envoyer quelques bons vêtements, une épée et de la nourriture, mais je ne peux pas le prendre avec moi au palais. Les prétendants de ma mère sont tellement arrogants et frivoles qu'ils pourraient se moquer de lui ou lui faire du mal. Et ils sont trop nombreux pour que je puisse le défendre.»

Ulysse fut surpris que son fils supporte une telle conduite sous le toit de son père, et il écouta attentivement Télémaque lui raconter comment depuis son départ les nobles d'Ithaque et des îles voisines s'étaient rassemblés dans l'espoir d'obtenir la main de Pénélope, qui n'osait pas les défier ouvertement. Elle les recevait donc, mais toujours repoussait le moment fatal du choix. Pendant ce temps les prétendants festoyaient et les biens du roi disparu étaient dilapidés. Les troupeaux diminuaient et les greniers se vidaient. Le prince était jeune et seul. Il ne pouvait pas s'opposer à leur nombre.

Après avoir achevé ce triste récit, Télémaque s'adressa au berger et lui demanda d'aller porter à la reine la nouvelle de son retour. Eumée prit un bâton et se mit en route. Alors la déesse Athéna apparut à Ulysse et lui fit un signe. A son appel le faux mendiant sortit de la hutte et Athéna lui dit :

«Ne cache pas plus longtemps ton identité à ton fils. Dis-lui qui tu es et allez tous les deux au palais pour punir les arrogants soupirants. Je vous aiderai encore.» Elle se tut et toucha le vieil homme de sa baguette magique. Aussitôt Ulysse redevint jeune et beau. Ses haillons se transformèrent en riches vêtements, sa barbe noircit et sa faiblesse se changea en force.

Ainsi métamorphosé, il rentra dans la hutte. A sa vue, Télémaque fut saisi de crainte : il croyait voir un dieu de l'Olympe.

«je ne suis pas une divinité,» dit Ulysse, «je ne suis que ton père que tu attendais. »

Il serra son fils dans ses bras, mais celui-ci n'arrivait pas encore à le croire. Comment un simple mortel aurait-il pu ainsi changer d'apparence ? Il y a un instant c'était encore un vieillard !

« Pallas Athéna nous protège, » expliqua le roi, « et les dieux peuvent transformer les hommes. je vais à nouveau, mais pour la dernière fois, me déguiser en pauvre mendiant, et demain je me présenterai au palais. Pour l'instant, ne parle à personne de notre rencontre, pas même à ta mère ou à Eumée. Je veux me rendre compte par moi-même et savoir qui, chez moi, m'est resté fidèle, et qui est dévoué aux cupides prétendants. »

Pendant ce temps, le navire qui avait ramené le prince était rentré au port, suivi peu de temps après par celui qui lui avait tendu un guet-apens.

Les soupirants se précipitèrent vers le port sans pouvoir comprendre comment Télémaque avait échappé au piège tendu.

« Il nous a peut-être échappé sur la mer, » s'écria Antinoos, le plus ignoble d’entre eux, «mais sur terre il ne pourra se sauver. Nous allons le supprimer dans la ville.»

Un serviteur dévoué à la reine lui rapporta ces propos menaçants. Pénélope, effrayée par le sinistre projet d'Antinoos, alla immédiatement dans la pièce où étaient assemblés les prétendants et les réprimanda violemment. Ceux-ci prirent peur et assurèrent la reine, avec force mensonges et sourires, que jamais de leurs vies ils n’avaient pensé à supprimer son fils. Mais dans leurs cœurs se formaient de noirs desseins.

Vers le soir Eumée revint dans la cabane en rapportant les nouvelles du retour des deux bateaux et des événements qui se déroulaient au palais.

Devant le berger, Télémaque traita son père comme un étranger

«J'irai demain matin voir ma mère,» dit-il à Eumée, «toi, tu me suivras avec ton invité de façon qu'il puisse recevoir des aumônes dans la ville.»

Le lendemain, Pénélope accueillit son fils les bras ouverts. Elle attendait avec impatience qu'il lui raconte ce qu'il avait appris sur son époux. Télémaque parla de la nymphe Calypso qui le retenait sur son île, mais ne souffla mot du retour de son père.

Lorsque le soleil fut bien haut dans le ciel, Eumée et Ulysse se mirent en route à leur tour. Le faux vieillard portait un vieux sac et s'appuyait de tout son poids sur son bâton de mendiant. Arrivés dans la ville, ils s'avancèrent vers le palais royal, d'où sortaient des cris joyeux et d'où émanaient de plaisantes odeurs. Eumée conseilla à Ulysse d'attendre dans la cour et il pénétra seul à l'intérieur.

Pendant qu'ils parlaient, un vieux chien malade, couché sur un tas d'ordures, souleva la tête. Ulysse l'avait élevé avant de partir à la guerre et l'animal qui l'avait reconnu remua la queue sans arriver à bouger davantage. Le roi le remarqua et essuya promptement une larme qui coulait de ses yeux.

«Comme c'est curieux qu'un tel chien soit abandonné dans les ordures,» dit-il au berger, «même maintenant on peut voir qu'il s'agit d'une bête de race. »

«Ce n'est pas étonnant!» répondit Eumée. «C'était le chien favori de mon maître. Ulysse l'emmenait toujours à la chasse, jamais je n'ai vu d'animal plus rapide et plus brave. Maintenant que mon seigneur n'est plus là pour surveiller les servantes, elles ne s'en occupent plus.»

Sur ces mots, le berger rentra dans le palais et Ulysse regarda un long moment son chien favori. Comme s'il avait attendu vingt ans ce moment, le fidèle compagnon pencha la tête et expira.

Dans la salle, Télémaque participait au festin des fourbes prétendants. Il aperçut Eumée et l'invita à s'asseoir auprès de lui, et à prendre part au copieux repas. Ulysse entra alors du pas chancelant d'un vieil homme et s'assit sur le seuil de la porte. Dès que le prince le vit, il lui fit porter par Eumée du pain et de la viande. Lorsque l'étranger eut fini de manger, il se mit à mendier parmi les convives comme s'il n'avait fait que cela toute sa vie. Chacun lui donna quelque chose et lui demanda d'où il venait. Ulysse leur raconta l'histoire qu'il avait inventée. Bien que personne n'ait offert quelque chose lui appartenant et que tous lui aient donné en fait des restes du repas, Antinoos refusa cette aumône.

«Si chacun donnait à ce pouilleux ce que je vais lui donner, il ne reviendrait pas de sitôt!» s'écria-t-il, et il jeta un tabouret sur le pauvre vieillard. Il atteignit Ulysse au dos, mais celui-ci ne bougea pas plus qu'un rocher.

De sa chambre, Pénélope entendit les cris et souffrit en pensant qu'Antinoos avait frappé l'étranger sous son toit. Elle fit appeler Eumée et lui demanda qui était cet inconnu. Le berger lui raconta son histoire. Lorsque la reine apprit que l'indigent avait connu Ulysse, et même l'avait rencontré dernièrement, elle fut impatiente de lui parler et envoya Eumée le chercher. Mais le mendiant se déroba à l'invitation et dit qu'il ne viendrait que le soir, car il ne voulait pas défier ouvertement les soupirants.

Après le repas, le berger se leva et retourna vers ses troupeaux après avoir promis de revenir le lendemain avec ses plus belles bêtes.

Les convives se mirent alors à danser et à chanter et le jour tomba doucement. Alors apparut à la porte de la salle un autre mendiant.

Son nom était Iros et il était connu de toute la ville. Bien qu'il ne fût pas très fort, il était énorme. Dès qu'il aperçut Ulysse sur le seuil il essaya de le déloger et se moqua de lui. Ulysse répondit doucement :

«Il y a assez de place pour nous. deux. Nous sommes tous deux mendiants. Pourquoi se disputer?»

Mais Iros répondit par un flot d'insultes et continua à le molester. Les soupirants écoutaient la querelle en riant. Alors Antinoos eut une idée :

«Amis, » dit-il> «ce serait bien amusant de les voir se battre. Je propose de récompenser le vainqueur avec le plus grand boudin. Par la suite, il festoiera avec nous et sera le seul pauvre admis dans la maison.»

Les convives acceptèrent joyeusement la proposition d'Antinoos, mais Ulysse fit semblant d'hésiter. Il leur demanda de ne pas s'interposer dans le combat et de ne pas aider Iros. Ceux-ci donnèrent leur accord et Télémaque fit de même, en sa qualité d'hôte.

Ulysse releva alors les haillons qui lui couvraient les jambes, découvrant des cuisses et des mollets musclés. Il dénuda aussi sa poitrine et les soupirants de Pénélope furent impressionnés par sa puissance. Dès lors, ils ne doutèrent plus de la défaite d'Iros qui tremblait de peur à la vue de cette force tranquille.

Ulysse se demanda un instant s'il frapperait doucement le mendiant ou s'il atteindrait de toute sa force. Il opta pour la première manière.

Iros attaqua le premier. Ulysse riposta sans trop d'acharnement, mais déjà son adversaire était tombé à terre en pleurant. Le vainqueur saisit le mendiant par le col et l'entraîna dans la cour où il l'assit devant le portail.

«Tu peux rester là,» lui dit-il, «et chasser les cochons et les chiens, mais n'essaie pas de régner sur les étrangers et les mendiants.»

Lorsqu'il rentra au palais, les prétendants l'acclamèrent bruyamment et Antinoos lui donna le plus gros des boudins. Ils fêtèrent encore longtemps son succès et ce n'est que tard dans la nuit qu'ils allèrent se coucher. Télémaque et Ulysse restèrent seuls dans la salle. Le roi pensait à sa vengeance. Aussi dit-il à son fils :

« Mon enfant, il faut enlever d'ici toutes les armes qui sont suspendues aux murs. »

Le prudent Télémaque appela sa vieille nourrice Euryclée et lui expliqua que les épées et les boucliers risquaient d'être abîmés par la fumée des festins et devaient être rangés dans une pièce isolée. Il lui demanda aussi d'éloigner les servantes, car il était plus sage que personne ne soit au courant de ce changement.

«Mais, maître,» lui demanda Euryclée avec sollicitude, «qui éclairera ton chemin sinon les servantes?»

« Mon invité le fera,» répondit Télémaque. « Puisqu'il mange mon pain, il peut aussi m'aider.»

Le père et le fils se mirent alors à transporter les boucliers, les casques et les lances tandis que Pallas Athéna illuminait la nuit avec une torche dorée.

Lorsque les armes furent en lieu sûr, Ulysse dit au prince d'aller se reposer, et lui-même attendit la venue de Pénélope. Celle-ci ne tarda pas car elle était très impatiente d'avoir des nouvelles de son époux. Le roi fut profondément ému de la revoir. A la lueur du feu de bois, il pouvait se rendre compte de ce qu'elle n'avait rien perdu de sa beauté, une vingtaine d'années s'étant écoulée. L'attente et le chagrin n'avaient pas abîmé ses traits et il comprit qu'il l'aimait toujours aussi tendrement. Mais la reine ne reconnut pas son époux sous cet affreux déguisement. L'homme ne l'intéressait pas, seul son récit comptait.

Ulysse lui raconta donc l'histoire qu'il avait inventée. Lorsqu'il eut fini Pénélope, touchée par son air sincère, se mit à pleurer. Longtemps elle ne put se calmer, puis, à travers ses larmes, elle lui demanda :

«Laisse-moi encore t'éprouver. Dis-moi quels vêtements portait Ulysse lorsque tu l'as rencontré ? »

«Il ne m'est pas facile de m'en souvenir après tant d'années,» répondit le roi. « Mais si je ne me trompe pas, il portait un manteau de laine pourpre sur lequel était agrafée une broche d'or. Cette broche était un chef-d’œuvre d'orfèvrerie et elle représentait un faon attaqué par un chien de chasse. Le héros était accompagné par un garde du corps un peu bossu.»

En entendant ces détails, tout à fait véridiques, Pénélope se remit à pleurer. Ulysse la réconforta et lui assura que son mari reviendrait bientôt. Mais il n'arriva pas à convaincre la reine qui avait perdu l'espoir de retrouver son époux bien-aimé. Les yeux encore emplis de larmes, elle appela la nourrice Euryclée pour qu'elle lave les pieds de son invité.

Euryclée prépara l'eau. Elle posa le bassin devant lui, le dévisagea attentivement et dit avec surprise :

«Bien des étrangers sont venus chez nous, mais aucun ne ressemblait à notre roi autant que toi.»

Ulysse lui répondit vivement

«C'est vrai, on me l'a souvent dit.»

Et il se retourna de façon à ce que sa tête reste dans l'ombre. C'est alors qu'il se souvint d'une cicatrice qu'il avait sur la jambe, à l'endroit où un sanglier l'avait percé de son boutoir. La vieille femme le lavait, lorsque, malgré l'obscurité, elle reconnut la blessure. D'émoi, elle lâcha le pied du roi et renversa le récipient.

«Tu es Ulysse,» dit-elle, «comment pourrais-je ne pas reconnaître la cicatrice de mon maître ? »

Le héros lui mit promptement la main sur la bouche et lui murmura «Veux-tu ma perte? je suis Ulysse, mais personne ne doit encore le savoir.» «Je me tairai,» acquiesça Euryclée, rayonnante. «Tu sais que je puis être aussi muette que la pierre ou l'airain. »

Elle acheva sa besogne en enduisant d'huile aromatique les pieds de son roi. Ulysse rapprocha sa chaise du feu en recouvrant soigneusement sa cicatrice avec ses haillons. Perdue dans ses pensées, Pénélope lui parla comme si elle cherchait un conseil :

«Cher ami,» lui dit-elle, «il faudra bientôt que je choisisse mon destin. Demain, je vais inviter tous les prétendants à une compétition athlétique. je suivrai celui qui la gagnera. Je vais faire aligner douze haches comme le faisait mon époux. Ils devront, d'une seule flèche lancée par son arc arriver à les traverser. je doute que l'un d'eux ait assez de force pour arriver seulement à tendre la corde! »

Ulysse approuva la ruse de sa femme et lui conseilla de ne pas retarder la compétition.

«Ton époux reviendra,» lui dit-il, «et personne ne réussira cet exploit, à part lui »

La reine se retira alors dans ses appartements et le faux mendiant se coucha près de la porte.

Le lendemain matin, les soupirants se rassemblèrent à nouveau dans la salle des fêtes. Ils déposèrent leurs manteaux sur des sièges et se préparèrent à dévorer des cochons et des veaux tendres et bien nourris. Ils grillèrent la viande, mélangèrent le vin et se mirent enfin à manger. Le berger Eumée était au palais et aidait aux préparatifs.

Télémaque fit installer une table et une vieille chaise près de la porte pour Ulysse. Il posa lui-même devant lui de la nourriture et des boissons en disant

«Restaure-toi en paix, je ne conseille à personne de t'insulter, et s'il le faut, je te protégerai contre les convives. »

Stupéfaits par tant de fermeté, les prétendants serrèrent les dents en silence. Mais l'un d'eux se tourna en ricanant vers Ulysse et s'exclama :

«Cher invité, vous avez droit à une part égale de tous les plats. Moi aussi je vous ai préparé un cadeau. » Comme il disait ces mots, il saisit un énorme os de bœuf et le jeta sur Ulysse. Celui-ci s'écarta un peu et le projectile n'atteignit que le mur. «Tu as eu de la chance de l'avoir raté!» s'exclama Télémaque, «car sinon je t'aurais déjà tué avec ma lance! je préférerais mourir moi-même à voir maltraiter mes hôtes. »

«Télémaque a raison,» dit un des convives, «mais s'il veut obtenir la paix, il n'a qu'à convaincre sa mère de fixer enfin son choix sur l'un d'entre nous.»

«Par les dieux immortels,» répondit Télémaque, «cela fait longtemps que j'essaie d'influencer ma mère, mais je ne peux pas la forcer à quitter le palais!» Pendant que les prétendants discutaient en festoyant, Pénélope préparait la compétition. Aidée de ses servantes, elle avait sorti l'arc, le carquois et les douze haches d'Ulysse. En prenant dans la main ces objets familiers, elle ne put s'empêcher d'être profondément émue. Mais la déesse Athéna lui inspira du courage et elle entra dans la salle du banquet. A sa vue, les soupirants se turent et écoutèrent ses paroles :

«J'ai décidé de prendre un mari, mais j'épouserai seulement celui qui aura réussi à tendre l'arc d'Ulysse et à traverser d'une seule flèche ces douze haches, ainsi que lui-même avait coutume de le faire.»

Sur ces mots, elle ordonna à Eumée d'apporter l'arme et le carquois. Télémaque installa les haches avec une précision étonnante. Il essaya de tendre l'arc et aurait peut-être réussi si son père ne lui avait pas fait un signe. Alors il le déposa contre le mur et revint à sa place. Antinoos se leva aussitôt et cria :

« Mes amis, tentons notre chance chacun à notre tour. Nous pouvons lancer les flèches de l'endroit où l'on verse le vin.»

Comme tous étaient d'accord, le premier concurrent s'avança. De toute sa force il essaya de tendre l'arc, mais en vain!

«Que l'on apporte de la graisse!» ordonna Antinoos.

Les prétendants chauffèrent l'arc devant le feu et l'enduisirent de graisse pour le rendre plus flexible. -Puis ils reprirent leurs efforts, mais sans davantage de succès. L'un après l'autre, ils mesurèrent leurs forces, mais tous durent abandonner.

Alors Ulysse sortit subrepticement et alla dans la cour rejoindre Eumée et les autres bergers.

«Si quelque dieu ramenait Ulysse, qui défendriez-vous : les prétendants ou lui ?»

«Si notre roi revenait,» répondirent-ils tous ensemble, «il donnerait une rude leçon aux soupirants et nous en serions bien heureux!»

Comme ils avaient ainsi exprimé leur loyauté, Ulysse leur révéla sa véritable identité en leur montrant la cicatrice qu'il avait à la jambe. Les pasteurs muets de joie l'embrassèrent avec ferveur. Ulysse lui aussi était fort ému.

«Lorsque nous serons retournés dans la salle,» dit-il à Eumée, «tu me donneras l'arc; quant à vous,» ordonna-t-il aux bergers, «dites aux servantes de fermer la porte des appartements des femmes et de ne pas les laisser sortir même si elles entendent des cris et des plaintes. Tirez aussi la grille qui ferme le parc, et verrouillez-la solidement. »

Ils revinrent dans la salle au moment où le dernier concurrent, Antinoos, allait tenter sa chance. Comme les précédents, il craignait un échec, c'est pourquoi il préféra éviter de concourir. Il se souvint alors que ce jour était jour d'abstinence sacrée et qu'à cette occasion il était interdit de tendre un arc. Il avait l'intention d'offrir un sacrifice aux dieux, déclara-t-il, pour demander leur aide et puis terminer le concours.

« Tu as eu bien raison de remettre ton tour, » lui dit alors Ulysse, « mais laisse-moi essayer ma force. »

La demande du vieil homme mit Antinoos en colère et il allait le frapper. Pénélope tenta de le calmer en lui disant :

«Pensez-vous vraiment que ce mendiant arrivera à tendre l'arc et à me prendre pour épouse? »

«Nous n'avons pas peur de cela,» protestèrent les prétendants, «mais nous avons peur des commérages: si jamais il réussissait, les gens se moqueraient de nous! » « Moi seul décide qui peut participer à la compétition,» dit alors Télémaque. «Les armes sont une affaire d'hommes. Toi, ma mère, va. dans ta chambre et ne la quitte pas! »

Pénélope regarda son fils avec surprise mais lui obéit et quitta la salle. Eumée prit l'arc et le donna à Ulysse. Les convives se mirent à crier et voulurent l'arrêter.

«Va, Eumée, je te l'ordonne,» dit Télémaque en l'encourageant. «Si seulement je pouvais commander à tous ces gens comme je te commande à toi!»

Les soupirants s'esclaffèrent et Ulysse prit l'arc. Il l'examina soigneusement et parut tirer à peine la corde. Celle-ci chanta comme une hirondelle. Alors un puissant coup de tonnerre retentit dans le ciel : Zeus lui-même manifestait ainsi sa bienveillance au héros. Celui-ci saisit une flèche, tendit l'arc d'une main ferme, et sa flèche traversa les douze haches. Les prétendants, stupéfaits, pâlirent, et eurent à cet instant le pressentiment qu'il allait leur arriver un grand malheur.

Télémaque saisit son épée et sa lance et se mit au côté de son père. Ulysse rejeta

ses haillons de mendiant, déposa ses flèches devant lui et s'exclama d'une voix terrible :

«Le premier concours est fini. Maintenant je vais choisir une cible que personne n'a encore atteint.»

Sur ces mots, il tendit à nouveau son arme et une flèche partit. Antinoos venait p

d'élever une coupe de vin à ses lèvres quand le trait lui transperça la gorge. Pris de

panique les convives cherchèrent leurs armes mais ne purent les trouver : on les leur avait subtilisées.

«C'est Ulysse qui se tient devant vous!» cria le héros aux prétendants terrifiés. «Il est venu vous punir de vos forfaits. Vous n'avez craint ni les dieux ni les hommes, maintenant l'heure est venue de payer!»

Il banda son arc, tirant flèche après flèche et chacune atteignait son but. Les uns après les autres les prétendants, gorgés de vin et de chair, tombaient à terre.

-Télémaque bondit dans la salle d'armes et rapporta des glaives aux fidèles bergers. Mais dans son émotion il oublia de refermer la porte et un serviteur félon en profita pour rapporter aux prétendants survivants des épées et des lances. Mais il ne put renouveler son exploit car les bergers se saisirent de lui et l'enfermèrent.

Ulysse sentit son courage l'abandonner lorsqu'il vit tant d'armes dressées contre lui. Mais à ce moment Pallas Athéna lui vint en aide : tous ses ennemis ratèrent leur cible. Une lance atteignit la porte, une autre le mur, mais aucune d'elles ne blessa le héros ou ses compagnons.

Le bruit de la bataille et les râles des mourants emplirent le palais. Sur la demande de son fils Ulysse épargna un serviteur et l'aède. Lentement le fracas des armes décrut tandis que le dernier des prétendants rendait l'âme.

Ulysse fit le tour de la salle pour voir si aucun ennemi ne se cachait. Puis il appela la vieille nourrice Euryclée. Lorsqu'elle vit son maître vainqueur, pareil à un lion superbe, elle commença à se réjouir bruyamment, mais Ulysse l'arrêta :

«Les vivants ne doivent pas,» lui dit-il, «être heureux de voir des morts. Aussi

cache ta joie et va chercher les servantes qui m'ont trahi et ont participé aux folles réjouissances des prétendants.»

Quand les femmes furent devant lui, il leur reprocha leur infidélité et les punit en leur ordonnant d'emporter les corps et de nettoyer la salle.

Ensuite Ulysse fit brûler du soufre dans tout le palais et lorsque enfin tout fut propre et rangé il demanda à Euryclée d'aller chercher sa femme. La nourrice qui n'attendait que ce moment se précipita sur ses vieilles jambes pour aller annoncer la bonne nouvelle à sa maîtresse.

Pénélope, qui s'était endormie, et dont l'appartement était situé dans une aile éloignée de la salle des banquets, n'avait entendu ni les cris ni le bruit des armes. Euryclée l'éveilla et lui raconta ce qui s'était passé et comment elle avait reconnu son maître grâce à sa cicatrice.

Mais Pénélope ne la crut pas et la suivit sans vraiment espérer que l'homme qui l'attendait était son époux. Elles franchirent ensemble le seuil de la salle et la reine s'assit sans un mot en face d'Ulysse.

Par instants elle croyait reconnaître en lui son mari, puis de nouveau il lui semblait être un étranger. Elle craignait beaucoup une imposture, et voulait entendre de sa bouche un détail connu d'eux seuls. Alors Ulysse lui rappela comment il avait construit leur chambre à coucher, au palais. Cette pièce avait été faite autour d'un olivier dont il avait lui-même coupé les branches, son tronc servant de pilier. Puis il décrivit les ornements d'or et d'argent de leur lit: il l'avait sculpté lui-même.

A cet instant Pénélope comprit que cet homme était vraiment Ulysse, l'époux tant attendu. Elle l'embrassa en pleurant de joie, et tous deux se mirent à parler sans fin.

Pour que le silence qui s'était abattu sur le palais ne paraisse pas suspect, Ulysse eut l'idée d'une nouvelle ruse. Il ordonna à l'aède de chanter de gaies chansons et organisa une fête pour ses fidèles serviteurs. Ainsi tous ceux qui passaient près du palais pensaient que les prétendants festoyaient encore. De cette façon, il remit à plus tard l'annonce du massacre.

Le lendemain, dès l'aube, Ulysse fit ses adieux à Pénélope en lui recommandant de ne pas quitter sa chambre. Il partit avec Télémaque voir son père dans sa retraite de la campagne. Deux fidèles bergers l'accompagnaient. Ils traversèrent la ville, mais il était si tôt que personne ne les vit.

Quand ils arrivèrent à la maison de Laërte, elle était vide : tous étaient dans les champs. Ulysse partit lui-même à la recherche de son père. Il le trouva dans le verger, sarclant la terre autour d'un buisson.

Sa figure était sillonnée de rides et portait les marques de la souffrance causée par l'absence de son fils.

Le cœur d'Ulysse se mit à battre de chagrin. Il ne se fit pas reconnaître mais fit semblant de rechercher le fils de Laërte, Ulysse, qu'il avait, disait-il, rencontré cinq ans auparavant.

Dès que le vieillard entendit le nom de son enfant, ses yeux s'emplirent de larmes et sa voix trembla. Alors Ulysse ne put se cacher davantage : il lui montra sa cicatrice et lui parla des arbres que son père lui avait donnés. Dès qu'il comprit son bonheur, le vieil homme défaillit de joie. Mais un instant plus tard, il était revenu à la vie avec la même ardeur que s'il était redevenu jeune. Tous deux rentrèrent à la maison où Laërte prit un bain, s'aspergea d'huiles odorantes et se vêtit d'un magnifique manteau de laine. Ainsi transformé, il s'assit à table avec son invité, en plaisantant et en riant.

Pendant qu'ils se réjouissaient, la nouvelle du massacre s'était répandue dans la ville. Poussé par les familles de ceux qui avaient trouvé la mort, le peuple se rassembla tumultueusement sur la place. Mais ils n'étaient pas tous du même avis : les uns considéraient que ces morts avaient subi une punition bien méritée, les autres criaient à la vengeance. Les plus combatifs de ces derniers étaient dirigés par le père d'Antinoos. Ils s'armèrent de lances, d'arcs et de flèches et allèrent trouver Ulysse dans le domaine de son père.

Ulysse entendit le grondement de la foule qui se rapprochait et sortit armé, avec sa poignée de fidèles. Laërte tua le père d'Antinoos d'un coup de lance. Une bataille terrible s'ensuivit et beaucoup de sang fut répandu. Ulysse et ses amis auraient massacré toute la foule si la voix d'Athéna n'avait soudain retenti :

«Cessez de vous battre entre vous, hommes d'Ithaque! Ne perdez pas vos vies en vain.»

Alors la petite troupe lâcha ses armes et s'enfuit terrorisée vers la ville.

La paix régna enfin sur Ithaque.

Longtemps, Pénélope avait fidèlement attendu son mari, et il était revenu. Ulysse, de son côté, avait mis beaucoup de persévérance à rejoindre son foyer, et il s'y trouvait de nouveau. Le temps passa, et leurs cheveux blanchirent dans une vieillesse ensoleillée.


Retour Page des Mythes